Index - FAQ - Rechercher - Membres - Groupes - S’enregistrer - Messages Privés - Connexion
lettre au président a props du résidanat de Sétif

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Institut des Sciences Medicales de Sétif Index du Forum -> Le Journal de ISM -> Le journal de la Faculté
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
pinky
Lieutenant-Colonel
Lieutenant-Colonel

Hors ligne

Inscrit le: 10 Nov 2009
Messages: 127
Filière: Étudiant(e) en Medecine
Féminin
Localisation: setif
Point(s): 141
Moyenne de points: 1,11

MessagePosté le: Ven 14 Mai - 12:13 (2010)    Sujet du message: lettre au président a props du résidanat de Sétif Répondre en citant

un groupe d'interne a enfin brisé le silence et a décidé de parler de la situation du concours de post-graduation de Sétif au président de la république, voici le contenu de la lettre:

Le Mouvement des Etudiants en Médecine De Sétif. Sétif, le 24/04/2010.
CHU de Sétif.


Objet : Post-graduation, le parent pauvre de la médecine à Sétif.




La wilaya de Sétif peut s’enorgueillir d’avoir été citée par son Excellence, Monsieur le Président de la République, et cela à plusieurs reprises comme une wilaya pilote dans de nombreux domaines, comme le bâtiment par exemple pour ne citer que le constat évident que fait tout visiteur parcourant le Wilaya de Sétif. Sans oublier les infrastructures de base qui sont le moteur d’une dynamique de développement permettant à la cité d’aller de l’avant et prouvent dans la réalité la véracité de l’adage qui dit que « Celui qui n’avance pas recule. »
Cependant, cette dynamique ne peut s’appliquer malheureusement aux études de médecine et notamment celle de la post-graduation au niveau de CHU de Sétif. Lequel est censé couvrir les besoins sanitaires de 4 wilayas : Bordj-Bou-Arreridj, M’Sila, Bejaia et Sétif. Ce qui représente une population de plus de 4 millions d’habitants, soit près de 12% de la population nationale.
En effet, le CHU de Sétif ne propose à la post-graduation que quelques spécialités dites « classique », laissant de coté plus d’une vingtaine de spécialités. A titre d’exemple, le concours de résidant de Sétif de l’année 2009-2010 n’a proposé aux lauréats qu’un nombre très limité de spécialités très disponible. Et n’a pas proposé plusieurs dizaines de spécialités parmi lesquelles :

1Anatomie Normale
2Anatomie pathologique
3Anesthésie-réanimation
4Biologie clinique
5Cardiologie
6Chirurgie cardiaque
7Dermatologie-Vénérologie
8Endocrinologie
9Gastro-entérologie
10Gynécologie-obstétrique
11Médecine légale
12Médecine nucléaire .... et la liste et longue.

Cette situation à plusieurs conséquences :
1Déséquilibre entre les différentes spécialités:
► D’un coté des spécialités « saturées » sans aucune perspective d’avenir : Comme c’est le cas pour la médecine interne par exemple, qui a formé plus de 80 spécialistes les 10 dernières années, ou la pédiatrie qui en forme une dizaine chaque année !!!

► D’un autre coté, une pénurie de toutes les autres spécialités. L’exemple de la cardiologie est édifiant : En effet le CHU de Sétif n’a proposé qu’une demi-douzaine de poste de cardiologie durant les 10 dernières années. 6 cardiologues en une décennie pour une population de plus de 4 millions d’habitants. C’est dangereusement insuffisant en sachant que les maladies cardiovasculaires sont la première cause de mortalité.
Sans parler de l’ophtalmologie, pour laquelle seulement 3 postes ont été proposés en 10 ans… Et la liste est longue…
2Le CHU de Sétif est boudé par ses meilleurs éléments :
En effet, les meilleurs étudiants prennent la destination d’Alger, de Constantine, d’Oran ou même de Batna pour cause d’absence de Spécialités donc de perspective d’avenir. Privant ainsi Sétif de la richesse énorme que constituent ses éléments les plus brillants. Ceux-là mêmes qui peuvent tirer son CHU vers le haut.
Cet exode est légitime et compréhensible car cette situation est vécue par les étudiants comme une injustice. A titre d’exemple, il faut savoir qu’un étudiant classé à 700ième place au concours d’Alger a, à peu près, les mêmes choix que les premiers classés du concours de Sétif.
Cela va à l’encontre des instructions données par le Présidents de la République qui a œuvré dès sa prise de fonction à réduire les déséquilibres entre les régions, notamment celles des hauts plateaux et du sud. Cela va à l’encontre du principe d’ « égalité des chances » très cher à notre Président.
3Les malades des 4 wilayas sont pénalisés :
Les spécialités non ouvertes à la poste graduation au CHU de Sétif, qui sont des secteurs de pointes, pénalisent avant tout les malades eux-mêmes qui sont obligés d’attendre toute la journée pour une consultation de quelques minutes. Ou carrément à se déplacer ailleurs et notamment à Alger ou à Constantine avec tout ce que cela implique comme dépenses, hébergement, de déplacements plusieurs fois pour des contrôles aux cas ou ils auraient pu décrocher un rendez-vous et être examinés et leur maladies diagnostiquées.
Et il apparait clairement que ce sont ces mêmes spécialités manquantes qui sont les plus concernées par les pathologies dont souffrent les malades des Wilayas qui se trouvent dans la compétence territoriale du CHU de Sétif. D’où l’intérêt de les proposer en post-graduation.
4Discrédit sur l’Université et le CHU de Sétif.
Cette situation est non seulement de nature à pénaliser les malades eux-mêmes, mais surtout de nature à laisser Sétif à la traine, ce qui porte un préjudice énorme au CHU de Sétif et à sa réputation. Ce qui constitue une exception à la dynamique que cette wilaya connait dans plusieurs domaines dont elle est pionnière.
5Le problème s’inscrit dans la durée :
Les étudiants d’aujourd’hui sont les professeurs de demain. Donc si on ne propose pas les spécialités manquantes à la poste graduation, le CHU de Sétif sera condamné éternellement à manquer de ces mêmes spécialités.
Et cette situation perdure depuis des années malgré les doléances multiples exprimées par les étudiants, future candidats à la post-graduation. Et dont la seule réponse pour justifier cette léthargie dont se complait l’autorité chargée de faire face à cette situation ô combien préjudiciable est : l’absence de spécialistes formateurs, malgré le potentiel énorme qu’offre la wilaya de Sétif en terme d’attractivité des compétences dans tous les domaines.
En réalité cet argument est faible, car plusieurs CHU dans la même situation, parmi lesquels celui de Batna, de Tlemcen, de Tizi Ouzou ou même celui de Constantine demandent des postes détachés quand ils ne disposent pas de spécialistes formateurs en leur sein !!! C’est la solution que nous préconisons, car c’est la seule à pouvoir sortir le CHU de Sétif du marasme dans lequel il est.
Nous invitons le Recteur de l’Université de Sétif, le doyen ainsi que le directeur de l’institut de médecine et le responsable de la post-graduation à assumer leurs responsabilités et à ne ménager aucun effort pour faire de Sétif un pole d’excellence en matière de sciences médicales. Car la bureaucratie ne doit pas avoir sa place dans la gestion de l’université ; encore moins quand il s’agit d’études médicales.

La stagnation ne peut perdurer indéfiniment car gérer c’est prévoir et prévoir c’est définir de façon précise les besoins en matière de santé des populations dépendant du CHU de Sétif à moyen et à long terme et se donner les moyens matériels et surtout humains pour y faire face. Et non pas justifier cette stagnation par le manque de professeurs.
Rappelons que le CHU de Sétif a été créé en 1980 ; donc il est plus que temps d’activer la sonnette d’alarme et il est certain que les plus hautes autorités de l’Etat ne manquerons pas de répondre positivement aux doléances qui leurs ont été adressées par une Wilaya connue pour le dynamisme de ses cadres plusieurs fois citée par le Président de la République lui-même comme référence.

Fin.


Copies transmises à :
·Monsieur le Président de la République.
·Monsieur le Ministre de l’enseignement supérieur.
·Monsieur le Ministre de la santé et des populations.
·Monsieur le maire de la commune de Sétif.
·Monsieur le Wali de Sétif.
·Monsieur le directeur de la santé de la wilaya de Sétif.
·Monsieur le recteur de l’université de Sétif.
·Monsieur le doyen de la faculté de médecine.
·Monsieur le directeur de l’institut de médecine.
·Monsieur le responsable de la post-graduation à la faculté de médecine.
·Presse locale.
-Députés et sénateurs de la wilaya de Sétif


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Ven 14 Mai - 12:13 (2010)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
listerperkinse
Sous-Lieutenant
Sous-Lieutenant

Hors ligne

Inscrit le: 07 Avr 2010
Messages: 2
Filière: Médecin generaliste
Masculin
Point(s): 2
Moyenne de points: 1,00

MessagePosté le: Jeu 27 Mai - 09:26 (2010)    Sujet du message: lettre au président a props du résidanat de Sétif Répondre en citant

très bonne incitative ;fallait aussi mettre en exergue le problème de l'évaluation irrationnelle,nulle...le vrai problème ,ca ne sert a rien d'avoir autant de postes de résidents et autant de choix que sur Alger ,si c'est pour que la réussite revienne aux plus adaptés ;aux perroquets ,aux bras cassés de chaque promotion .    

Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 14:47 (2016)    Sujet du message: lettre au président a props du résidanat de Sétif

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Institut des Sciences Medicales de Sétif Index du Forum -> Le Journal de ISM -> Le journal de la Faculté Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Panneau d’administration | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB
Appalachia Theme © 2002 Droshi's Island
Traduction par : phpBB-fr.com
Designed & images by Kooky