Index - FAQ - Rechercher - Membres - Groupes - S’enregistrer - Messages Privés - Connexion
le super-pathogène MRSA

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Institut des Sciences Medicales de Sétif Index du Forum -> Une Vie d'un Medecin -> Actualité Médicale
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
hadjer
Général de Division
Général de Division

Hors ligne

Inscrit le: 10 Aoû 2008
Messages: 732
Filière: Étudiant(e) en Medecine
Féminin
Localisation: Setif
Point(s): 1 190
Moyenne de points: 1,63

MessagePosté le: Lun 27 Oct - 17:01 (2008)    Sujet du message: le super-pathogène MRSA Répondre en citant

Malgré des progrès, la médecine reste désarmée contre le super-pathogène MRSA



WASHINGTON (AFP) — Malgré l'arrivée de nouveaux antibiotiques expérimentaux, la médecine reste largement désarmée face à la menace grandissante de souches de staphylocoque doré résistantes à la méthicilline (MRSA), responsable de la plupart des infections nosocomiales, ont estimé dimanche des infectiologues.

Ces nouveaux agents anti-infectieux ciblant les MRSA "ne sont pas vraiment de nouvelles classes d'antibiotiques ce qui est décevant", a jugé le Dr Karen Bush, responsable de la recherche et du développement de la firme pharmaceutique américaine, Johnson and Johnson.

"Il y a encore des souches résistantes aux antibiotiques en circulation comme des variétés moins communes telles que les acinetobactères et les pseudomonas contre lesquelles nous ne pouvons trouver aucun traitement efficace", a-t-elle ajouté lors d'une conférence de presse en marge de la 48e conférence sur les agents antimicrobiens et la chimiothérapie (ICAAC) réunie à à Washington.

"Je pense de ce fait que nous faisons face à un défi majeur", a estimé le médecin.

Partageant ce diagnostic, le Dr Michael Scheld, de l'Université de Virginie, a dit "ne rien voir dans les laboratoires" pouvant donner à la médecine des antibiotiques capables de neutraliser ces pathogènes "avant cinq voire dix ans au plus tôt".

Le Dr Bush a attribué cet échec actuel de la recherche "à la difficulté de trouver des agents actifs non toxiques" et de "faire des essais cliniques" sans outil de diagnostic rapide capable d'indiquer en une demi-heure la souche du pathogène infectant le patient.

Outre ces obstacles techniques, le coût est aussi dissuasif pour les grands laboratoires.

"Même si je présentais à des firmes pharmaceutiques une molécule magique capable de neutraliser tous les pathogènes multi-résistants, elles me diraient qu'elles n'ont pas les moyens de développer un tel antibiotique", a dit le Dr Bush, précisant que le développement d'un nouveau médicament coûte un milliard de dollars.

Pour le Dr Robert Arbeit, de la firme Paratek Pharmaceutical, qui a présenté dimanche des résultats encourageants d'un nouvel antibiotique contre les MRSA, la recherche a besoin d'une nouvelle approche pour résoudre ce casse-tête.

"Nous avons besoin d'un nouveau paradigme comprenant la prévention de l'infection aussi bien que son traitement", a-t-il souligné lors de la même conférence de presse.

"L'idée est d'essayer d'empêcher l'infection en visant le mécanisme même de celle-ci dans le pathogène plutôt que par l'approche traditionnelle du vaccin ou en donnant simplement un autre antibiotique (...) cela ne marche pas très bien car le pathogène finira par développer une nouvelle résistance", a estimé le Dr Arbeit.

Paratek a indiqué que son antibiotique baptisé PTK 0796 était venu à bout de 98% des infections provoquées par des souches de MRSA, selon l'essai clinique de phase 2 conduit sur 234 patients et ce sans effets secondaires sévères.

Le groupe suisse bio-pharmaceutique Arpida a aussi annoncé dimanche que son traitement Iclaprim administré par intraveineuse avait guéri l'infection due à des MRSA de 92,3% des patients dans un essai clinique.

Le MRSA de plus en plus multi-résistant a provoqué 94.000 infections ayant entraîné 19.000 décès aux Etats-Unis en 2005, selon les Centres fédéraux de contrôle et de préventions des maladies.

Parmi les infections nosocomiales, celles dues au MRSA sont particulièrement préoccupantes, en raison de leur fréquence, leur morbidité (nombre de personnes souffrant d'une maladie donnée dans un temps donné) et de leur mortalité.

Transmises le plus souvent de façon croisée entre les patients via le personnel soignant, les MRSA sont très contagieux et responsables d'infections endémiques très difficiles à contrôler.

Le staphylocoque doré (Staphylococcus aureus) est l'espèce la plus pathogène du genre Staphylococcus.


Dernière édition par hadjer le Lun 27 Oct - 17:43 (2008); édité 1 fois
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Lun 27 Oct - 17:01 (2008)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
hadjer
Général de Division
Général de Division

Hors ligne

Inscrit le: 10 Aoû 2008
Messages: 732
Filière: Étudiant(e) en Medecine
Féminin
Localisation: Setif
Point(s): 1 190
Moyenne de points: 1,63

MessagePosté le: Lun 27 Oct - 17:37 (2008)    Sujet du message: le super-pathogène MRSA Répondre en citant

Test rapide de détection du staphylocoque doré

Une firme américaine a dévoilé samedi un test permettant de détecter, en cinq heures au lieu de deux à trois jours, le staphylocoque doré, une bactérie responsable de graves infections en raison de sa résistance accrue aux antibiotiques.

Ce gain de temps devrait permettre aux médecins de commencer à traiter un malade plus vite et ce avec le traitement le plus approprié car ce test peut aussi déterminer la résistance ou la sensibilité de la souche particulière du staphylocoque doré aux antibiotiques, a expliqué MicroPhage Inc.

Infections nosocomiales
Les résultats de cette recherche et les nouveaux kits d'analyse de sang ont été présentés à la 48e conférence annuelle sur les agents antimicrobiens et la chimiothérapie (ICAAC) organisée par les associations américaines de microbiologie et des maladies infectieuses, qui se tient ce week-end à Washington.

Les souches de staphylocoque doré résistantes à la méthicilline (antibiotique), appelées MRSA (methicillin-resistant Staph aureus infections) comptent pour plus de 60% des infections nosocomiales aux Etats-Unis, selon les Centres fédéraux de Contrôle et de Prévention des maladies (CDC).

"Les infections du MRSA sont traitées le plus efficacement avec un large éventail d'antibiotiques alors que les infections par des souches sensibles à la méthicilline sont mieux traitées avec une variété plus étroite d'antibiotiques", explique MicroPhage.

Préoccupant
Parmi les infections nosocomiales, celles dues au MRSA sont particulièrement préoccupantes, en raison de leur fréquence, leur morbidité (nombre de personnes souffrant d'une maladie donnée dans un temps donné) et leur mortalité.

Transmises le plus souvent de façon croisée entre les patients via le personnel soignant, les MRSA sont très contagieux et responsables d'infections endémiques très difficiles à contrôler. Le MRSA a provoqué 94.000 infections qui ont eu pour conséquence près de 19.000 décès aux Etats-Unis en 2005, selon les CDC.

Le staphylocoque doré (Staphylococcus aureus) est l'espèce la plus pathogène du genre Staphylococcus. Elle est responsable d'intoxications alimentaires, d'infections localisées suppurées et, dans certains cas extrêmes, de septicémies.
27/10/08


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 20:48 (2016)    Sujet du message: le super-pathogène MRSA

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Institut des Sciences Medicales de Sétif Index du Forum -> Une Vie d'un Medecin -> Actualité Médicale Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Panneau d’administration | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB
Appalachia Theme © 2002 Droshi's Island
Traduction par : phpBB-fr.com
Designed & images by Kooky