Index - FAQ - Rechercher - Membres - Groupes - S’enregistrer - Messages Privés - Connexion
Algérie. Tumeur colorectale : deuxième plus importante forme

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Institut des Sciences Medicales de Sétif Index du Forum -> Une Vie d'un Medecin -> Actualité Médicale
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
hadjer
Général de Division
Général de Division

Hors ligne

Inscrit le: 10 Aoû 2008
Messages: 732
Filière: Étudiant(e) en Medecine
Féminin
Localisation: Setif
Point(s): 1 190
Moyenne de points: 1,63

MessagePosté le: Ven 17 Oct - 11:21 (2008)    Sujet du message: Algérie. Tumeur colorectale : deuxième plus importante forme Répondre en citant

Algérie. Tumeur colorectale :

deuxième plus importante forme mortelle de cancer



Des cancérologues et des chercheurs algériens et étrangers ont affirmé, hier, à Constantine, que le cancer colorectal représente la deuxième cause de mortalité par cancer, derrière le cancer du poumon, devançant ainsi le cancer du sein et celui de la prostate. Ce postulat résume les premières séances des 4èmes journées internationales de cancérologie de Constantine, ouvertes mercredi à la faculté de médecine du "Chalet des Pins" à l'initiative de cette dernière, en coordination avec le Centre Hospitalo-Universitaire (CHU) Benbadis et de la Société Algérienne d'Oncologie Médicale (SAOM).




Le Pr. Assia Bensalem, spécialiste en oncologie médicale au CHU de Constantine et présidente du comité d'organisation du séminaire, a indiqué à l'APS en marge de ces assises de deux jours, auxquelles participent d'éminents spécialistes venus notamment de France, que le "taux de survie à cinq ans des patients chez lesquels on a diagnostiqué un cancer colorectal est de l’ordre de 56% en Algérie".

Ce taux est situé au-dessus de la moyenne européenne qui est de 50%, comme l'a assuré le Pr Bernard Asselain, cancérologue à Paris (France), dans sa communication orale consacrée au "cancer colorectal dans le monde, facteur de risque, évolution dans le temps".

La survie dépend étroitement du stade de la maladie au moment du diagnostic, d'où l'intérêt de la dépister d'une manière précoce afin de pouvoir prendre en charge le plus tôt possible l'anomalie détectée", a précisé le même conférencier.
Les débats qui ont suivi la première séance ont notamment révélé que 40 pour cent environ des cancers colorectaux touchent le rectum et les 60 pour cent restants, le côlon (ou gros intestin) où la localisation principale est le "sigmoïde", c'est-à-dire la dernière partie du colon.
Le Pr. Maurice Tubiana, cancérologue français, a indiqué, pour sa part, avoir "toujours favorisé la prévention de la maladie par un diagnostic précoce et un suivi rigoureux afin de pouvoir la prendre en charge très tôt et avoir plus de chances de guérison".

Dans son intervention à l'ouverture du séminaire, ce chercheur a notamment parlé de l'historique du cancer et de son état actuel. "L'incidence du cancer qui est connu depuis la plus haute antiquité est très faible au dessous de 45 ans et ne croît rapidement que par la suite, c'est-à-dire à partir de 50 ans", a notamment affirmé ce natif de Constantine qui avait installé, en 1952 à Paris, le "Laboratoire des Isotropes et du Bêtatron" de l'Institut Gustave-Roussy et contribué, en 1964, à la création, à Lyon, du Centre International de Recherches sur le Cancer (CIRC) qui dépend de l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS), avant d' être élu, en 1988, à l'Académie française des sciences.

Cet éminent cancérologue, auteur de plusieurs oeuvres médicales de référence mondiale, dont sept livres consacrés aux cancers et à leur prévention, le dernier ne datant que du mois de juin dernier, a notamment souligné devant une assistance nombreuse constituée de cancérologues, de docents et d'étudiants, qu’en médecine "pour être efficace, la lutte contre le cancer doit associer trois approches dans une même stratégie : la prévention, le dépistage en relation avec le niveau d'éducation de la population et des équipes de plus en plus spécialisées ainsi que des coopérations interdisciplinaires".

La lutte contre le cancer est un "choix politique" et ne peut être couronnée de succès qu'avec le soutien des autorités et une adhésion du public", a conclu le Pr. Maurice Tubiana. Ces assises scientifiques donneront lieu, à leur deuxième journée, à plusieurs autres communications qui traiteront, entre autres sujets, du "cancer du bas rectum : données thérapeutiques actuelles", de "l’état des lieux du cancer du rectum dans l’Est algérien" et de "l’impact du retard diagnostic sur le pronostic du cancer du rectum".

El Moudjahid


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Ven 17 Oct - 11:21 (2008)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Institut des Sciences Medicales de Sétif Index du Forum -> Une Vie d'un Medecin -> Actualité Médicale Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Panneau d’administration | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB
Appalachia Theme © 2002 Droshi's Island
Traduction par : phpBB-fr.com
Designed & images by Kooky