Index - FAQ - Rechercher - Membres - Groupes - S’enregistrer - Messages Privés - Connexion
cardiologie

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Institut des Sciences Medicales de Sétif Index du Forum -> Cours,Resumer pour les Étudiants en Médecine -> Cycle clinique
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
nany9/11
Capitaine
Capitaine

Hors ligne

Inscrit le: 31 Aoû 2008
Messages: 30
Filière: Étudiant(e) en Medecine
Féminin
Point(s): 36
Moyenne de points: 1,20

MessagePosté le: Jeu 11 Sep - 17:15 (2008)    Sujet du message: cardiologie Répondre en citant

« Les oméga 3 ont encore le vent en poupe en cardiologie »
Le Figaro


Martine Perez remarque dans Le Figaro que « The Lancet publie les résultats d'une enquête italienne montrant que [les oméga 3] apportent une légère amélioration aux personnes souffrant d'une insuffisance cardiaque chronique alors que les statines, utilisées contre le cholestérol, ne leur offrent aucun effet bénéfique ».
La journaliste indique que les résultats de ces recherches menées par des médecins du centre de recherche de Florence « montrent que le taux de décès et d'hospitalisation est inférieur pour les malades ayant reçu pendant près de 4 ans des oméga 3 comparé au groupe placebo ».
« Certes, la différence est relativement faible (2 % de décès et d'hospitalisation en moins avec les oméga 3), mais statistiquement significative », ajoute Martine Perez, qui précise que « le traitement a été très bien toléré, sans effet secondaire ni complication ».
La journaliste livre les propos du Dr Gregg Fonarow, du centre de cardiomyopathie de Los Angeles (États-Unis), qui remarque que « même si des questions persistent quant au mécanisme d'action, et à la dose optimale, la supplémentation en oméga 3 pourrait rejoindre la petite liste des médicaments qui ont fait la preuve de leur efficacité dans l'insuffisance cardiaque chronique ».
Revue de presse rédigée par Laurent Frichet - TSAVO PRESSE
mediscoop

Question Sad ..................... Okay Au cours du dernier congrès de la Société Européenne de Cardiologie, un symposium a été consacré aux nouvelles données concernant les acides gras poly-insaturés oméga 3.

Ce symposium était justifié par la présentation (et la publication dans le dernier numéro du Lancet) des résultats de l'étude GISSI HF.

Des interventions des docteurs J. McMurray (Glasgow, Royaume Uni), H. Rupp (Marburg, Allemagne), R. Marchioli (Santa Maria Imbaro, Italie) et C. Von Schacky (Munich, Allemagne) ont permis d'aborder des thèmes importants allant des mécanismes d'action des oméga 3, des succès et échecs du traitement de l'insuffisance cardiaque, à la place actuelle et future des oméga 3 suite aux résultats de l'étude GISSI HF.

Ainsi, il a été rappelé que chez l'insuffisant cardiaque, la production endogène d'acides gras poly-insaturés à longue chaîne est altérée. Il se produit, ainsi, un remodelage lipidique qui pourrait interférer et favoriser la survenue de troubles du rythme ventriculaires. Une supplémentation en EPA DHA pourrait corriger cette altération du mécanisme lipidique.

Il a par ailleurs été rappelé que les oméga 3 à type d'1 gramme d'EPA-DHA sont actuellement indiqués avec une classe de recommandation I en post-infarctus suite à la publication des résultats de GISSI Prevenzione. En effet, GISSI Prevenzione avait montré que la prescription d'1 gramme EPA - DHA permettait de diminuer la mortalité totale de 21% et la mortalité subite de 44%.

Tous les acides gras oméga 3 ne se vaudraient pas, à ce titre, on ne peut pas parler d'effet de classe en l'absence de preuve formelle.

Les études dans l'insuffisance cardiaque font suite aux résultats obtenus chez des patients porteurs de défibrillateurs implantables (ces patients ont habituellement une dysfonction ventriculaire gauche), et qui avaient montré qu'une substitution en EPA-DHA (1 gramme) permet de diminuer la survenue de troubles du rythme ventriculaire et donc des chocs par le défibrillateur. Ces résultats sont d'ailleurs concordants avec les études chez l'animal qui montrent que les oméga 3 permettent de diminuer la survenue de troubles du rythme ventriculaires.

Ces effets se rajoutent à l'action démontrée des acides gras poly-insaturés chez les insuffisants cardiaques à type de diminution de l'inflammation et de réduction de la consommation en oxygène du myocarde.

En combinant l'ensemble des études ayant évalué l'intérêt d'une substitution par un gramme d'EPA - DHA, il ressort que le produit permet d'obtenir une diminution de la mortalité totale de 17%, une diminution des morts subites de 50%, sachant que toutes les études ne donnent pas les mêmes chiffres tout simplement à causes de différences méthodologiques notables.

Lorsque l'on s'intéresse spécifiquement à l'insuffisance cardiaque, on rappellera que les traitements pharmacologiques permettant de diminuer la morbidité et la mortalité dans l'insuffisance cardiaque sont :
- Les IEC.
- Le bêtabloquants.
- Les antagonistes de l'aldostérone.
- Les ARA2.
- L'hydralazine et l'isosorbide dinitrate (chez les afro-américains).
- La digoxine (pour la diminution des hospitalisations uniquement).

A contrario, certains agents pharmacologiques ont échoué à démontrer un bénéfice sur la morbi-mortalité dans l'insuffisance cardiaque :
- inotropes (exemple inhibiteurs de la phosphodiesterase).
- Antiarythmiques (exemple antiarythmiques de classe Ic).
- Agents anti-cytokine.
- Antagonistes de l'endotheline.
- Inhibiteurs de la xanthine oxydase.
- Bloqueurs de l'adrenaline.

GISSI HF
Le rationnel de GISSI HF était double :
- les acides gras oméga 3 pourraient diminuer la mort subite et améliorer l'insuffisance cardiaque. En effet, l'apport d'oméga 3 était associée à une augmentation du bénéfice sur la mort subite.
- La prescription d'une statine, la rosuvastatine à la dose de 10 mg par jour pourrait avoir un bénéfice en terme de morbi-mortalité.

Dans cette étude, 6 975 patients ont été randomisés entre 1 g d'EPA - DHA et un placebo.
(Nous ne traiterons pas ici de la partie liée à la rosuvastatine)
La durée de suivi était de 3,9 ans.

Sans revenir en détail sur l'ensemble des données de l'étude qui est résumée sur notre site, on rappellera que l'étude a inclus des patients insuffisants cardiaques au stade II à IV de la NYHA (à noter que les patients pouvaient avoir une fraction d'éjection normale).

Le critère primaire de jugement était double : la mortalité totale, d'une part, et le critère combinant la mortalité totale et les hospitalisations pour insuffisance cardiaque, d'autre part.

La population incluse avait un âge moyen de 67 ans, un BMI moyen de 27 kg/m2.

Cinquante pourcent des insuffisances cardiaques étaient d'origine ischémique.

Deux tiers des patients étaient en classe II et un tiers en classe III ou IV. A noter que la FEVG moyenne était de 33% et que seulement 10% des sujets avaient une FEVG > 40%.

Les patients étaient globalement bien traités puisque 93% étaient sous IEC / ARA 2, 65% sous bêtabloquants et 40% sous spironolactone.

La prescription d'oméga 3 a permis une diminution significative de la mortalité totale (décès pour motifs cardiovasculaires) qui était de 27,3% dans le groupe traité, versus 29,1% dans le groupe placebo (HR ajusté de 0,91 ; IC à 95% 0,833-0,998 ; p=0,041). Elle a permis de diminuer le critère combinant la mortalité totale et les hospitalisations pour insuffisance cardiaque qui était de 56,7% dans le groupe traité versus 59% dans le groupe placebo (HR 0,92 ; IC à 95% 0,849-0,999 ; p=0,009).

Ces résultats étaient concordants dans tous les sous-groupes.
A noter que le pourcentage d'arrêt de traitement dans les deux groupes était similaire.

Le nombre de personnes à traiter pendant 3,9 ans, pour éviter un évènement sont notés dans le tableau :

Type d’évènement(1)
Nombre d’évènements évités(2)
Nombre de personnes traitées(3)

Décès(1)
18(2)
100(3)

Hospitalisations cardio-vasculaires(1)
17(2)
100(3)

Mortalité ou hospitalisations CV(1)
23(2)
100(3)

Décès de cause rythmique(1)
9(2)
100(3)


En conclusion, l'administration à long terme d'un gramme de EPA / DHA chez des patients insuffisants cardiaque est associée à une diminution des décès et des hospitalisations pour motif cardio-vasculaire. Un résultat positif tel que celui de GISSI HF augure d'une évolution des recommandations de traitement de l'insuffisance cardiaque qui devraient intégrer un tel traitement.

Date de publication : 02-09-2008


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Jeu 11 Sep - 17:15 (2008)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
hadjer
Général de Division
Général de Division

Hors ligne

Inscrit le: 10 Aoû 2008
Messages: 732
Filière: Étudiant(e) en Medecine
Féminin
Localisation: Setif
Point(s): 1 190
Moyenne de points: 1,63

MessagePosté le: Jeu 9 Oct - 19:47 (2008)    Sujet du message: cardiologie Répondre en citant


merci


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 09:31 (2016)    Sujet du message: cardiologie

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Institut des Sciences Medicales de Sétif Index du Forum -> Cours,Resumer pour les Étudiants en Médecine -> Cycle clinique Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Panneau d’administration | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB
Appalachia Theme © 2002 Droshi's Island
Traduction par : phpBB-fr.com
Designed & images by Kooky